24 poses féministes

24 poses féministes

24poses_intro

J’ai co-réalisé cet éditorial photographique aux côtés de Caroline Hayeur et de Chantal Dumas. J’ai également effectué la recherche, le casting des six jeunes artistes féministes, participé aux interviews et rédigé les textes du site web.

Visiter 24 poses féministes

120301_hv8p8_bouillant_24poses_sn635

24poses_24

À l’ère des médias sociaux, où l’autoportrait est devenu l’emblème de l’esthétique relationnelle, comment se perçoivent les jeunes féministes? Comment répondent-elles au bombardement et à la banalisation d’images sexistes et dégradantes? 24 poses féministes propose un arrêt sur image.

Six jeunes artistes ont accepté le défi lancé par la photo-reporter Caroline Hayeur : transformer une liste de 24 mots en 24 photographies. Armées de caméras numériques, elles sont parties en mission, le temps d’un weekend, pour créer dans l’urgence, la spontanéité et la liberté totale. Elles partagent ici le résultat de leur quête personnelle, une interprétation féministe et critique, mais remplie d’humour, de 24 mots évocateurs.

Car le féminisme n’appartient pas à une époque révolue : il s’actualise au fil des générations avec des combats et des problématiques qui lui sont propres. Mais en plus de lutter pour l’égalité, les féministes doivent se débattre avec leur propre image. Celle de la mythique lesbienne poilue frustrée. En fait, toutes les femmes se débattent avec l’image, celle qu’on attend d’elles.

Dans le cadre de sa démarche artistique, Caroline Hayeur confie des appareils à des non-photographes. Cette pratique met en valeur le processus, la réflexion et le contenu plutôt que le rendu. L’auteure Marianne Prairie et l’artiste sonore Chantal Dumas signent également cet éditorial féministe à ses côtés. Elles documentent l’aventure créative et l’engagement féministe des photographes en herbe. Le trio encadre les 24 poses de ses mots, ses sons et ses photos.

24 poses féministes nous présente un groupe de créatrices qui prennent la parole pour inspirer, dénoncer, témoigner, provoquer, aimer, revendiquer, s’amuser. Des artistes pour qui c’est le 8 mars à longueur d’année.

LE DEVOIR et ONF/INTERACTIF se sont associés afin de traiter chacun à sa façon des sujets qui les passionnent et qu’ils cherchent à mettre en lumière de manière complémentaire. Ce projet sur le féminisme fait partie d’une série d’essais visuels et sonores amorcée en 2011.

* Le féminin a été employé pour alléger le texte, mais n’exclut pas les autres genres.