Ce que j’avais dans le ventre (et qui a l’air encore là)

| 7 Comments

Ça fait un peu plus de trois semaines que j’ai accouché et j’ai presque perdu tout mon poids de grossesse. L’allaitement, c’est comme s’entraîner, mais trop souvent et à des heures pas possibles. Par contre, j’ai toujours une petite bédaine de format « quatre mois de grossesse ». C’est bien normal, mon utérus doit prendre le temps de retrouver sa taille de jeune fille. Je suis à l’aise avec ça. En fait, je pense que je suis à l’aise, mais je me questionne. Lors de mes deux dernières sorties, deux commentaires m’ont rendue plus « consciente » de la chose.

D’abord, j’ai croisé une ancienne collègue de travail alors que je prenais une marche avec Jonathan. Alice était à la maison avec sa grand-mère. Au coin de la rue, l’ex-collègue me reconnaît, on se salue, elle me regarde: « T’es enceinte? » Je lui réponds avec un grand sourire de maman fière: « Je l’étais! J’ai accouché il y a trois semaines! » C’est après son départ que j’ai pensé: « Ouain, mon ventre prend plus de place dans la réalité que dans ma tête… »

Et puis, en fin de semaine, une amie d’un ami s’arrête pour se pâmer sur Alice qui dort dans la poussette. En jasant, elle s’informe de l’âge du bébé puis regarde mon ventre avec des points d’interrogation dans les yeux. Ce que j’ai lu dans son regard, ce n’était pas de jugement ni de mauvaises intentions, juste de l’incompréhension: comment ça se fait qu’elle a encore une bédaine et que ça fait trois semaines qu’elle a accouché?

Selon l’adage, le poids que tu prends 9 mois à prendre, et bien ça prend 9 mois à le perdre. Ça dépend évidemment de la constitution de chacune. Pour ma part, ça va bon train et pour une fois dans ma vie, je me fiche pas mal de quoi j’ai l’air. D’abord, par manque d’intérêt et d’énergie. Ensuite, parce que j’ai une maudite bonne raison: je viens d’accoucher, j’ai le droit d’avoir un break de mes looks, non?

C’est pourquoi mes deux mésaventures m’ont à peine effleuré l’estime de soi. Mais je constate que c’est comme si les filles qui n’ont pas eu d’enfants s’attendent à ce que le corps reprenne sa forme originale dès la sortie de l’hôpital. Est-ce que c’est la faute des mamans vedettes qui se vantent dans les magazines à potins d’avoir perdu leur baby fat en criant « césarienne planifiée »? Ou c’est seulement par manque d’information?

La grossesse et l’accouchement, ça laisse des marques. Ça fait partie de la game. Malgré tout, j’ai l’impression qu’on veut effacer le plus rapidement possible ces traces, en signe de succès/contrôle/performance. Est-ce qu’il faut à tout prix être une MILF?