Dans l’équipe C

| 14 Comments

Il m’arrive quelque fois, quand je dis à des gens que j’ai accouché par césarienne, d’avoir des réactions un peu étranges. Souvent, ça prend la forme d’une question: « Par césarienne? » et selon le ton, ça sous-entend parfois « Pauvre toi, t’es pas trop déçue? » ou « Hein!?! Comment ça? » Pourquoi la césarienne est perçue par certains comme un accouchement moins bon?

Voici l’échelle de valeur des accouchements pour plusieurs:

A : accouchement naturel sans péridurale
B : accouchement naturel avec péridurale
C : césarienne

C’est comme au hockey mineur, quand t’es dans le A, tu te pètes les bretelles. Pis quand t’es dans le C, t’es un peu poche.

OK, j’avoue que si j’avais accouché comme une A, j’en serais fière. Mais ça s’est pas passé de même. De toutes façons, qui peut prévoir comment va se dérouler son accouchement? Personne à part celles qui ont une césarienne planifiée justement. Tu peux arriver avec les meilleures intentions et toute la préparation du monde, mais une foule de circonstances hors de ton contrôle peuvent t’éloigner du sacro-saint accouchement naturel.

Dans mon cas, j’étais ouverte à toutes les éventualités lorsque je me suis présentée à l’hôpital. La césarienne faisait partie du lot et lorsqu’on m’a annoncé que je devais passer sur la table d’opération, j’étais quasiment soulagée. Je me suis dit: « Enfin! Je vais avoir mon bébé. » Faut dire que ça faisait près de 40 heures que j’avais des contractions (dont 7 sous anesthésie péridurale, quand même, je le précise pour ceux qui trouvent que ça compte « moins »). Alice ne se présentait pas bien, mon col ne dilatait pas. J’étais contente qu’on me délivre.

Je peux comprendre qu’on soit déçue si on a toujours rêvé d’expulser son bébé dans un grand cri, comme on voit dans les films. D’accord pour ce genre de déception, ça vient du fond, c’est personnel. Mais je n’accepte pas la déception « ça vient de scraper mon plan de naissance » et celle liée au jugement qui décrète qu’on est moins femme si on n’a pas enfanté par l’entre-jambe et dans la douleur. On dirait des relents de notre héritage judéo-chrétien! Une césarienne, ce n’est pas un accouchement raté. C’est une intervention qui sauve souvent la vie de la maman et du bébé. Et c’est pas parce qu’ils viennent le chercher que c’est moins difficile… Hello la convalescence? Pas besoin de vivre avec la hantise ou la culpabilité d’être passée à côté de quelque chose.

Dessin de la pratique d'une césarienne réussie en Ouganda en 1879 via Wikipedia (!!!)