La maternité ferait grossir le cerveau

| 3 Comments

En faisant du ménage, je suis tombée sur cet article du premier numéro papier de Rue Frontenac. Désolée si ça date un peu, je l’avais pas encore lu…

(cliquez sur l'image pour agrandir)

Oui, vous lisez bien: la maternité ferait grossir le cerveau! Incroyable! J’aurais pensé le contraire… Me semble que mes performances intellectuelles et ma concentration ont sacré le camp en même temps que mon orgueil quand j’ai accouché.

En bref, les zones reliées à la motivation, au plaisir, à la récompense, au raisonnement et à l’intégration des informations par les sens s’accroissent légèrement au cours des premiers mois suivant l’accouchement.

«Cet accroissement pourrait aider les mères à ressentir plus de gratification dans leurs actions et à percevoir de façon plus positive leur enfant et la maternité», affirme en entrevue l’auteure principale de l’étude, Pilyoung Kim. (…) Les changements que nous avons observés pourraient donc aider les mères à manifester leur instinct maternel en adoptant des comportements adéquats pour répondre aux besoins de leur enfant et à se sentir heureuses et accomplies dans la maternité et la parentalité», explique la neuroscientifique.

Bon. Si je comprends bien, la tête nous enfle pour que nous vaquions convenablement aux besoins de notre nouveau-né. Donc, mon cerveau essaie de me faire à croire que c’est très valorisant être maman? C’est une mise en scène biologique pour accepter la fatigue, le torchage et tout le tralala?

Plus étonnant encore, ce phénomène serait davantage marqué chez les femmes qui se plaisent à encenser à tout vent la beauté, l’unicité et l’intelligence de leur nouveau-né.

Ah ben. Les mamans gagas sont celles qui ont les plus grosses têtes! Ah ben, ah ben, ah ben.

Faudrait qu’on m’explique: est-ce que notre cerveau grossit parce qu’on est gaga ou on est gaga parce que notre cerveau grossit? Espérons que c’est la deuxième option. Les hystériques de la maternité sont déjà insupportables, imaginez si on leur dit que le fait qu’elles capotent sur leur bébé fait grossir leur cerveau…

Cette étude fait surgir d’autres interrogations. Les pères eux? Et les mères adoptives? J’ai comme un méchant arrière-goût de sexisme…