La lecture aux miniatures

| 8 Comments

C’est une température pour lire, vous trouvez pas? À défaut de partager un thé et une pile de magazines de mode et déco avec Alice, on fait le tour de sa collection de livres cartonnés. Et on adore ça toutes les deux.

Il y a quelques semaines, une amie m’avait envoyé cet article de la libraire Katia Courteau, Lire aux bébés, une façon d’aimer. Elle écrit:

Oui, les bébés aussi aiment les livres. Qu’ils les mâchouillent, les mordent, les goûtent, les balancent au-dessus d’eux, qu’ils les observent fixement ou les parcourent à l’envers, ils les aiment à leur façon et c’est parfait ainsi. Mais il ne s’agit là que de leur rapport à l’objet ; la lecture détient sur eux un pouvoir beaucoup plus vaste que ça. Lorsque qu’un parent fait la lecture à son enfant, le livre devient « créateur » de moments affectifs et de proximité. (…) Débute alors un moment tendre, un partage.

Je ne pourrais pas être plus d’accord. Elle dresse également son top 10 des livres pour bébés!

Alice en possède deux sur le lot et ce sont deux de mes préférés.

Mes animaux est super stimulant pour un tout petit à cause du contraste des illustrations en noir et blanc. Les pages sont également trouées, laissant entrevoir un bout de la page d’en-dessous. Mention spéciale à la variété des animaux présentés, on va plus loin que les classiques chien-chat-vache-poule. Il y a de l’exotique avec un panda qui se regarde le nombril et un crocodile à l’air timide.

Mes animaux, Marie-Odile Fordacq et Franck Girard, ill. de Xavier Deneux, Tourbillon, coll. « Blanc noir », 2007, 19 p.

Dans Poussez pas, chaque page présente une moitié d’animal en pleine course folle. La deuxième moitié se trouve sur la page suivante, qui suit une autre moitié, qui suit une autre moitié… Ce n’est pas encore un hit pour Alice, elle est encore petite pour deviner des demi-animaux. Le graphisme de Martine Perrin est exceptionnel pour un livre d’enfants: aplats de couleur, silhouettes, lignes épurées… Ça rehausse le niveau et ça fait du bien, mettons.

Poussez pas, Martine Perrin, Milan jeunesse, coll. « Albums Milan premier âge », 2010, 38 p.

En terminant, j’ajouterais une suggestion de livre à tripoter qui est un grand succès auprès des petits comme des grands, Mon grand imagier à toucher. La couverture est un peu ordinaire, mais on y trouve 20 pages remplies d’images regroupées par thème. Les illustrations sont très jolies et au moins une image par page présente une texture. Et c’est diversifié: ça va de la fourrure à l’éponge à récurer, de l’oeuf à la tartine bien collante. Oui, oui, la tartine de Nutella collante. Et elle colle toujours!

Mon grand imagier à toucher, Xavier Deneux, Milan, 2010, 20 p.

Et vous, quels livres font partie de votre top 10 pour les minis?