urbania_part1

Guide à l’égard des nouveaux-parents (et des non-parents) – partie I

| 5 Comments

Je peux maintenant partager avec vous l’article que j’ai co-écrit pour le numéro Spécial Bébé du magazine Urbania. Je vous recopie l’intégrale des 20 conseils en trois tranches, tout au long de la semaine. Question de ne pas vous arracher les yeux à lire tant de bon contenu et de faire durer le plaisir pendant que je m’échine à paqueter mon appartement pour déménager le weekend prochain. Pas folle la fille.

En tant que maman, j’ai hérité des conseils à donner aux non-parents et j’en ai beurré épais côté clichés… Avec auto-dérision quand même! J’aime mieux être baveuse envers moi-même que laisser quelqu’un d’autre l’être à ma place. Tsé.

Les bébés dans les partys

À l’égard des nouveaux-parents : Dans le doute, s’abstenir. Ce n’est pas qu’on ne veuille pas les voir. C’est qu’il y a un temps pour chaque chose. Par exemple, un temps pour boire, et un temps pour les malaises. Afin de vous faciliter la tâche, voici quelques indices qu’il s’agit d’un party « pas de bébé » : présence d’alcool, location de système de son, majorité de non-parents parmi les invités, photo de Mado Lamotte sur le flyer, absence d’indication d’apporter un plat préparé de la maison, horaire tardif, lieu suspect. Pour simplifier, peut-être devrions-nous préciser le genre de party où vous POUVEZ apporter vos enfants : il comprend normalement votre mère ou votre belle-mère.

À l’égard des non-parents : Invitez nos bébés. Après tout, un enfant, ça s’amène si bien dans un party ! Ça aime danser, ça ne veut jamais se coucher, ça ne boit pas votre alcool et ça ne fait pas plus le bordel qu’un cégépien saoul. C’est un invité exemplaire, à condition qu’il soit capable d’aller à la toilette seul.

La déchirure

À l’égard des nouveaux-parents : Ça se peut que ça nous arrive à nous aussi. Ça se peut que non. Mais dans tous les cas, si vous voulez nous embarquer dans votre gang, c’est vraiment pas le meilleur argument. Au pire, pour être informé, on googlera « accouchement déchirure vagin ».

À l’égard des non-parents : Vous êtes captif d’une amie incapable de s’asseoir depuis trois semaines ou de son chum en fort choc post-traumatique? Lors de la conversation, changez « entrejambe » et tous ses dérivés par un autre mot, dans votre tête. Choisissez quelque chose qui se déchire comme «  feuille de papier ». Exemple : « Ma feuille de papier a déchiré d’un trou à l’autre. »

L’épiphanie

À l’égard des nouveaux-parents : Ben oui ben oui, ça vous empêche de dormir, ça a détruit vos ambitions professionnelles, ça vous a rendu amer, mais c’est la plus belle chose qu’il vous soit arrivée. Pensez ça si ça peut rendre la chose plus supportable, mais n’allez pas vous imaginer qu’on va vous croire. Pire, n’allez surtout pas prétendre qu’on ne peut pas comprendre tant qu’on n’est pas passé par là. Entre ceux qui ont des bébés et ceux qui n’en ont pas, vous ne nous ferez jamais à croire que ce sont les deuxièmes qui manquent de lucidité.

À l’égard des non-parents : Au début, oui, on fait à semblant. On le fait parce tout le monde le fait, parce que c’est plus simple comme ça. Après un temps, on le feint tellement bien qu’on y croit un peu. Puis un moment donné, on ne sait pas trop comment, c’est possible d’être à la fois amer et de le ressentir pour vrai : c’est la plus belle chose qui nous soit arrivée. Croyez-nous, on n’est peut-être plus lucide, mais on est heureux en ta’.

Le temps de parole

À l’égard des nouveaux parents : Dans une soirée entre amis, parler de son bébé compte aussi pour du temps de parole. Après nous avoir entretenu pendant 15 minutes du perçage de dents du plus jeune, pendant 3 minutes de la régression du plus vieux, pendant 20 minutes de vos soupçons quant à la gardienne, il vous reste seulement deux minutes pour nous parler du beau gars au bureau. À vous de mieux répartir vos affaires.

À l’égard des non-parents : Lorsqu’on monopolise la conversation avec nos histoires de famille, sortez la question qui tue : « Pis, à part le bébé, quoi de neuf? » Ça nous met dans tous nos états, on est confus et on bafouille « Pas grand chose! » en riant nerveusement. Pendant qu’on cherche quoi répondre pendant une heure, discutez librement.

La musique

À l’égard des nouveaux parents : C’est super cool si vous avez découvert que Cœur de Pirate, les Trois Accords ou Dobacaracol vous permettent d’écouter de la musique pour enfants en ayant l’impression d’écouter de la musique pour adultes, mais c’est ça, c’est de la super bonne musique pour quand vous êtes avec vos enfants. Le reste du temps, fiez-vous à nos choix musicaux.

À l’égard des non-parents : Amenez-nous des mixtapes. On aime assez ça! Surtout les mixtapes de musique douce, ceux de musique rythmée pour danser en rond en frappant des mains et ceux de chansons aux paroles simples et grammaticalement correctes.

L’actualité

À l’égard des nouveaux parents : On a vu beaucoup trop de nouveaux parents être obnubilés par leur bébé à un point tel qu’ils oublient que le monde continue d’évoluer autour d’eux, même si leur réalité se résume désormais à une petite cuillère et un pot de manger mou. Pendant ce temps, le téléphone intelligent est inventé, Anik Jean tombe enceinte et Dobacaracol n’est plus le groupe de l’heure. N’attendez pas que votre plus vieux ait 16 ans pour vous sentir dépassé : tenez-vous au courant. Et surtout, évitez de dire des choses du genre « comment ça fonctionne, ça, un iPhone? » ou de plier la palette drette de votre ami qui est resté accroché à ses 20 ans. Ça nous fait beaucoup trop penser à notre mère et, honnêtement, ça nous fait peur pour l’avenir.

À l’égard des non-parents : Les nouveaux parents s’actualisent, mais dans des domaines proches de leurs intérêts et très loin des vôtres. Sorties de livres cartonnés, nouvelles tendances côté poussettes, critiques de resto avec chaise haute, potins de cours de yoga maman-bébé… Ce n’est pas parce que c’est de la puériculture que ce n’est pas de la culture.

La suite demain!