Guide à l’égard des nouveaux-parents (et des non-parents) – partie III

| 0 Comments

Les heures de travail

À l’égard des nouveaux parents : Quand on vous voit partir à 16h30 pour aller chercher vos enfants, ça nous fait comme un pincement au cœur. On se dit : «Et elle qui voulait tant grimper les échelons». Puis, on réalise qu’au fond, ça doit être agréable de sortir si tôt du boulot. Après vous être levés à 6h pour faire déjeuner les petits, les habiller et les envoyer à la garderie, on trouve que vous méritez au moins ça.

À l’égard des non-parents : On le sait que ça vous écœure qu’on parte du travail à 16h30 pour aller chercher les kids à la garderie. On le sait, pis on aime un peu ça.

Rester vrai

À l’égard des nouveaux parents : Comme on est bien conscients de la difficulté de concilier branchitude et famille, il nous fera plaisir de vous faire découvrir le dernier disque des Black Keys… et celui de Cœur de Pirate, de vous indiquer la prochaine boutique grunge (pour quand votre ventre aura repris ça forme, si jamais ça arrive) et de vous apporter le dernier Nightlife pour que vous soyez vraiment au courant des dernières tendances (oui, le grunge est de retour). Ça compensera pour la purée de brocoli congelée qu’on ne vous apportera pas. Pour ça, demandez à la belle-mère.

À l’égard des non-parents : Quand vous nous visitez, vous le pensez si fort qu’on l’entend : « Moi, si j’ai un enfant, mon appartement n’aura pas l’air d’un CPE. » Les jeunes adultes à l’avant-garde culturelle, porte-étendards du bon goût et de l’underground que nous étions s’étaient pourtant jurés la même chose. Que s’est-il passé pour qu’on se fasse envahir de peluches commerciales, de jouets de plastique douteux et de stations d’éveil criardes? Deux mots : baby shower.

Les invitations

À l’égard des nouveaux parents : Ne nous en voulez pas si on décline vos invitations aux fêtes d’enfants. Une dizaine de 0 à 4 ans qui courent autour de l’ilot de cuisine : une fois par année seulement. Mais continuez de nous inviter. D’un coup que ce serait là que l’horloge biologique sonnerait?

À l’égard des non-parents : Oui, on décline trop souvent vos invitations parce que c’est trop tôt, trop tard, trop long, trop loin, trop compliqué avec les enfants. Mais, s’il-vous-plaît, persistez à nous inviter quand même. L’illusion d’avoir une vie sociale palpitante est si douce, notre estime de soi oublie qu’on (que notre blonde) a encore notre (son) poids de grossesse.

Les phrases clichés

À l’égard des nouveaux parents : « On aura beau dire, ça change une vie! » « Ils grandissent tellement vite! » « C’est tout petit mais ça en prend d’la place! » Ces phrases toutes faites sont l’équivalent de statuts de lendemain de brosse sur Facebook. On vous jugera intérieurement, mais on ne frappera quand même pas pour ça.

À l’égard des non-parents : Nononon. C’est insupportable. Frappez-nous. S’il vous plaît.

La fatigue

À l’égard des nouveaux parents : Les parents n’ont pas le monopole de la fatigue. Avoir une carrière aussi c’est éreintant.

À l’égard des non-parents : Vous avez le droit d’être fatigué, mais on vous interdit formellement de vous plaindre en notre présence. Sinon, on risque de se lancer dans une compétition malsaine et interminable de « qui est le plus fatigué ». Et à cette game-là, on se fatigue jamais.

La mode

À l’égard des nouveaux parents : On croyait que ça faisait partie du «style parent», quand on vous a vu avec des vêtements asymétriques. Puis, on a réalisé que c’était une tendance généralisée dans le secteur de la Plaza St-Hubert. On préfère vous l’avouer : ce n’est pas la fille qu’on a connu qui s’habille comme ça. On lèvera un autre flag quand on vous verra arriver avec des pantalons palazzo. Ok?

Conseil à l’égard des non-parents : Merci de nous le dire si on a un rond de renvoyé sur notre chandail, de la purée dans les cheveux ou un débordement de couche sur la cuisse. Des fois, on est comme des aînés, on se sent pas.

Le sexe

À l’égard des nouveaux parents : Comme on sait que le concept de sexualité épanouie s’est envolée avec le déchirement précédemment cité, on ne vous écœurera pas trop avec nos histoires de cul. On fera peut-être une exception pour le trip à trois incluant une célébrité jouant dans 19-2, puisque ce genre d’information est à cheval sur la catégorie potin, et que ça, on sait que ça vous intéresse.

À l’égard des non-parents : Le mot clé pour tous : abstinence. OK, ça réduit de beaucoup le contenu potentiel de nos conversations, mais si vous abordez le sujet, on va sûrement se mettre à brailler et ça va être laid.

La partie I est ici!
La partie II est là!